L'herbe jaune

« L'herbe jaune ». Ce titre me reste en tête depuis des mois, depuis l'idée de la création de ce petit blogue de voyages, de réflexions et de photos. Je tentais de trouver un nom accrocheur et me représentant le mieux possible pour mettre avant mon point com. Et c'est en regardant quelques-unes de mes photos du Pérou que ces deux mots m'ont été inspirés.

On entend parfois l'expression l'herbe est plus verte chez le voisin. On sait bien sûr tous ce que l'expression veut dire. Qu'on se compare toujours et qu'on envie ce qu'on imagine être meilleur chez l'autre. Nul question de voyage ici... pourrait-on croire.

Pourtant, n'est-ce pas ce que l'on fait souvent en vacances, d'aller chercher l'herbe plus verte ailleurs? On transpose ce qu'on a à la maison à quelques heures d'auto ou d'avion de chez soi. On veut la même grandeur de lit mais en plus confortable, on veut se faire préparer à manger tout en restant dans les limites du connu, on veut écouter la même musique pop américaine!

L'herbe jaune pour moi, c'est au contraire le fait d'aller au devant de ce qui à première vue n'apparaît pas aussi séduisant, aussi simple, aussi facile.

Chacun a son niveau d'herbe jaune. Il s'agit peut-être d'essayer un nouveau restaurant dans sa propre ville, comme il peut s'agir de partir faire le tour du monde en vélo. Et de tout ce qui vient entre les deux! Dans le fond, avoir le syndrome de l'herbe jaune, c'est de refuser la facilité - à l'occasion ou souvent - et d'accepter que la vie a tant à nous apprendre et à nous offrir. Tout ceci me plaît bien!

Mais pourquoi expliquer tout ceci pour un titre qui, vous le constatez, n'a finalement pas vu le jour? C'est ce que vous découvrirez dans le prochain texte!